Actu

Comment négocier le prix lors de l’achat d’une maison

Lorsque vous achetez une maison, le vendeur s’attend probablement à ce que vous négociiez le prix demandé. En fait, la plupart des vendeurs fixent le prix de leur maison un peu plus haut que la valeur du marché pour compenser les négociations. Négocier peut être intimidant, mais savoir à quoi s’attendre peut rendre le processus un peu moins effrayant.

Le processus de négociation d’une maison

De la prospection jusqu’à la conclusion de l’achat, le processus est long et nécessite de la patience. C’est au moment du jeu de l’offre et d’une éventuelle contre-offre du vendeur que se joue le fait de réaliser une bonne affaire ou pas.

A lire également : Maisons containers : est-ce possible en France ?

Avant de négocier le prix d’une maison

Négocier le prix d’une maison demande beaucoup de patience et d’organisation, et parfois des compromis.

Connaissez votre situation financière

Vous devez être en mesure de prouver au vendeur que vous pouvez obtenir un prêt hypothécaire. Que se passera-t-il si vous faites une offre sur une maison sans preuve de financement ? Vous aurez beaucoup plus de chances d’être écarté au profit du prochain acheteur.

A lire en complément : Les différents cas où vous aurez besoin d’une attestation d’hébergement 

Assurez-vous que vous pouvez obtenir une préapprobation pour un prêt hypothécaire avant de soumettre une lettre d’offre. Une lettre de préapprobation est un avis d’un prêteur hypothécaire qui confirme le montant du prêt hypothécaire auquel vous êtes admissible et fait savoir aux vendeurs que vous serez approuvé pour la maison.

Renseignez-vous sur la situation du marché immobilier

La marge de manœuvre dont vous disposez pour négocier est inversement proportionnelle à l’intérêt suscité par la maison et au fait que le marché est favorable aux acheteurs ou aux vendeurs. Si de nombreux acheteurs ont manifesté leur intérêt pour la maison et que les offres sont plus nombreuses, vous aurez moins de marge de négociation. Si le marché immobilier local est à l’arrêt, vous avez plus de marge pour demander un prix plus bas.

Conseils pour négocier l’achat d’une maison

Lorsque vous estimez que tout est en ordre et que vous êtes prêt à commencer à discuter des prix, pensez à certains des conseils suivants que vous pourrez utiliser à la table des négociations.

Faites réaliser une expertise par votre propre expert

Les résultats de l’expertise peuvent être la clé de la négociation du prix de vente final d’une maison. Un expert, qu’il soit architecte, géomètre ou entrepreneur, fera le tour de la maison et évaluera la maison pour détecter les problèmes tels que des fissures dans les fondations, des problèmes avec le système de chauffage, de ventilation et de climatisation, la mise aux normes de l’électricité, etc. L’expert vous remettra ensuite une copie de son rapport.

Vous pouvez demander au vendeur de faire des concessions si l’inspection de la maison révèle des problèmes qui constituent des obstacles à la vente. Vous pouvez demander au vendeur de baisser le prix.

Renseignez-vous pourquoi le vendeur déménage

Plus vous en savez sur un vendeur, plus vous pouvez négocier efficacement. Par exemple, si votre vendeur déménage parce qu’il a acheté une nouvelle maison, vous pourrez peut-être obtenir une meilleure offre en demandant un rabais.

Déterminez si le vendeur préfère un processus de clôture plus court ou plus long. Si votre vendeur est en instance de divorce ou souhaite déménager dans une autre région où le district scolaire est meilleur. Cela vous donne une plus grande marge de manœuvre pour négocier, surtout si la propriété est sur le marché depuis un certain temps.

Ajoutez une touche personnelle à votre offre

Cela fait longtemps que vous cherchez une maison ? Si c’est le cas, vous savez que trouver la propriété idéale peut être épuisant sur le plan émotionnel. Ce que vous n’avez peut-être pas envisagé, c’est que la vente de votre maison est également un processus émotionnel. Chaque vendeur a des souvenirs de sa maison, et il souhaite que celle-ci aille à des personnes qui en prendront soin.

En raison de cet attachement émotionnel, vous voudrez peut-être joindre une lettre personnelle à votre offre. Expliquez pourquoi vous aimez la propriété du vendeur, quelles sont vos caractéristiques préférées et comment vous comptez utiliser la maison. Par exemple, si un vendeur sait que vous souhaitez restaurer une propriété historique ou utiliser votre future maison pour fonder une famille, il sera peut-être plus disposé à vous aider. Même si vous n’êtes pas en mesure d’offrir plus d’argent, la touche personnelle d’une lettre bien rédigée fait ressortir votre offre.

La négociation pour l’achat d’une maison ?

Faites une offre au vendeur en fonction de tous ces critères. Attention que votre offre doit être raisonnable, le vendeur ne doit pas la trouver beaucoup trop basse auquel cas il sera fermé à toute négociation.

Très souvent le vendeur vous fera une contre-offre. Beaucoup d’acheteurs font une offre initiale inférieure à ce qu’ils sont finalement prêts à payer. Lorsque le vendeur reçoit une offre, il peut l’accepter telle quelle, la rejeter purement et simplement ou faire une contre-offre. Cette dernière est une démarche qui ouvre les négociations avec l’acheteur.

De nombreux acheteurs s’attendent à ce que le vendeur une contre-offre – c’est pourquoi beaucoup de gens font une première offre comme point de départ.

Lorsque le vendeur fait une contre-offre, l’acheteur peut soit accepter la nouvelle offre, soit la rejeter, soit faire une nouvelle contre-offre.

Pour éviter d’aboutir à une impasse, l’acheteur comme le vendeur peuvent fixer une date d’expiration à leur contre-offre. Cela peut être une stratégie intelligente pour vous en tant qu’acheteur, car cela met la pression sur le vendeur pour qu’il prenne une décision.

Conclusion

La négociation immobilière requiert d’avoir les nerfs solides. Il faut aussi bien s’être préparé en amont afin d’avoir le plus d’atouts possible dans les discussions.

Article similaire

Show Buttons
Hide Buttons