Location

Tension locative : comment la mesurer ?

Louer un appartement est toujours plus cher. Par l’observatoire de la plateforme LocService, le budget locatif a augmenté de 2% en 2019 par rapport à l’année précédente. Pour effectuer cette opération classement, LocService a analysé près de 75 000 logements ayant effectivement a changé de locataire en 2019, en France.

Et une petite surprise, ce n’est pas à Paris que les augmentations ont été les plus importantes, mais à Bordeaux. La capitale de Gérone a vu les prix de ses appartements augmenter de 9,87% en un an, explique Le Figaro. Il s’agit de la plus forte augmentation en France devant Nantes ( 6,62 %) et Angers ( 5,35 %). Il convient de noter que du côté de Paris, les loyers ont augmenté « seulement » de 3,61 %.

A voir aussi : Expert Comptable LMNP : les spécificités

Tension à bail

Si les loyers ont éclaboussé à Bordeaux, c’est parce que la tension locative est très élevée. Une situation qui se trouve également à Lyon où les loyers ont augmenté de 4,20%, mais aussi à Besançon ( 5,29%) et à Caen ( 5,09%).

A LIRE >>> Immobilier : la garantie de dix ansne compense pas les pertes de loyer

A voir aussi : SCI pour de la location meublée : quel intérêt ?

Villes situées dans les 11 départements qui représentaient 51,01% de la demande de location, rappelle le site Bati Actu. Par exemple, une offre recueille 6,8 demandes à Bordeaux et Lyon, et 5,4 demandes à Nantes et Paris.

Premiers effets de la gestion des loyers ?

Il convient de noter que, alors qu’en Île-de-France ( 3,28 %) les taux continuent de grimper plus rapidement que dans les provinces ( 2,78 %), ils croissent moins rapidement à Paris ( 3,61 %) qu’à Petite ( 4,75 %) et à Grande Couronne ( 4,37 %).

Cela pourrait être une conséquence du retour du contrôle des loyers dans la capitale française. Cette mesure est de nouveau appliquée depuis le 1er juillet.

Gain de

surface En France, le loyer moyen est passé de 633 euros en 2018 à 646 euros l’an dernier, soit une augmentation de 2%. C’est presque deux fois plus que l’inflation, qui est à peine supérieure à 1% sur la même période, se souvient Le Figaro. Avec ce loyer, il est possibleà louer un 53 m² à Rennes, un 42 m² à Marseille, un 38 m² à Bordeaux, un 34 m² à Lyon ou un 14 m² à Paris, détaille le quotidien.

A LIRE >>> Location d’une propriété dans une zone tendue : ce qu’il sait pour éviter les désaccords financiers

Notez que les loyers ont diminué dans quelques villes en France : Perpignan (-0,18%), Dijon (-0,60%), Montpellier (-0,65%) et Le Mans avec la plus forte baisse (-1,10%). Enfin, côté superficie, les locataires ont gagné 1 m² en 2019.

25 juin 2020
Show Buttons
Hide Buttons