Travaux

Les différentes techniques d’isolation thermique

L’isolation thermique offre de nombreux avantages : réduction de la déperdition énergique, baisse des factures d’énergie, amélioration du confort thermique… Cependant, depuis plusieurs années, elle fait l’objet d’une règlementation spécifique qu’il faut connaître. Étant donné que les pertes d’énergie peuvent provenir de divers endroits dans le logement, les travaux d’isolation sont assez variés. Ainsi, plusieurs techniques sont mises en place pour réaliser une isolation thermique efficace. Nous ferons le tour de ces différentes méthodes.

Où se situent les déperditions thermiques dans un logement ?

Avant d’envisager des travaux d’isolation, il faut d’abord identifier les endroits mal isolés dans votre logement. Vous saurez ainsi où les pertes d’énergie sont plus importantes. Comme expliqué sur le site Isolation.isoltoit.fr, la plus grande zone de déperditions thermiques est localisée au niveau du toit et des combles, ce qui en fait la première zone à traiter. Ensuite, il faut passer aux murs et aux ouvertures.

Lire également : Toutes les missions d'un BON constructeur de maisons

Si vous n’avez pas un double ou triple vitrage ou que les menuiseries sont endommagées, il faudra envisager de changer les fenêtres. Pour finir, les parois menant aux locaux non chauffés, les sols et les ponts thermiques contribuent aussi aux déperditions thermiques d’un logement, même si c’est de manière un peu plus pondérée.

Pour réaliser ces travaux d’isolation thermique, il est souvent conseillé de se faire accompagner par une équipe d’experts compétents et bien équipés. Vous pourrez ainsi profiter de l’expertise et des conseils de professionnels qualifiés dans ce domaine.

Lire également : Bardage de façade, quels matériaux choisir ?

isolation du toit, isoler les combles

Les diverses techniques d’isolation thermique réalisables

Pour la réalisation des travaux d’isolation thermique dans votre logement, différentes techniques sont envisageables selon la zone à traiter :

L’isolation thermique par l’intérieur (ITI)

C’est une technique qui permet d’améliorer la performance énergétique au niveau des murs, des planchers et du toit (des combles habitables ou combles perdus). L’isolation thermique est réalisée en installant des plaques d’isolant au niveau de la zone à isoler.

Il existe dans le commerce divers isolants : la laine minérale, la laine végétale (ouate de cellulose…). Il existe également d’autres isolants qui sont composés de films plastiques aluminisés ou de multiples couches de feuilles d’aluminium comme les isolants minces. Par ailleurs, l’isolation peut se faire par soufflage d’un matériau isolant pour les combles perdus.

L’isolation par l’intérieur est bien moins coûteuse que l’isolation par l’extérieur, en plus d’être simple à réaliser. Cependant, il faut souligner que l’isolation par l’intérieur peut réduire de peu l’espace de la pièce et l’épaisseur additionnelle peut engendrer de l’inconfort pour ouvrir les fenêtres par exemple.

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE)

C’est une solution qui demande des travaux importants. De ce fait, elle est assez coûteuse. L’isolation par l’extérieur peut être envisagée si vous souhaitez effectuer la réfection de votre toit ou un ravalement de façade. En réalisant des travaux d’isolation thermique par l’extérieur, votre logement sera entièrement enveloppé. Cela permet ainsi de limiter au maximum les ponts thermiques.

En ce qui concerne la pose de l’isolant, cela s’effectue par collage ou fixation mécanique par profilés. Cela peut également se faire en pose collée chevillée. Il est possible de dissimuler complètement les défauts du support avec cette dernière technique.

Si vous recherchez des isolants pour l’extérieur de votre habitat ou bâtiment, il en existe une large sélection sur le marché. Pour ce qui est des matériaux à moindre coût, vous avez la laine de verre et la laine de roche. En revanche, si vous souhaitez acquérir les matériaux d’isolation par l’extérieur haut de gamme, vous pouvez opter pour les panneaux isolants sous vide et le verre cellulaire.

L’isolation thermique intégrée

Il s’agit d’une solution qui permet d’incorporer de manière directe l’isolation dans l’épaisseur des murs. Cette technique est donc réalisable pour le neuf ou pour des travaux de rénovation de grande ampleur (extension de maison). L’isolant est directement placé pendant la construction du mur.

Les matériaux employés sont généralement des briques monomurs en terre cuite. Celles-ci sont aussi appelées briques multi-alvéolaires ou blocs panneaux en béton cellulaire. Cette solution d’isolation offre plusieurs avantages. D’une part, la technique d’isolation intégrée vous permet de gagner du temps. D’autre part, elle vous aide à faire des économies considérables concernant le coût de la main-d’œuvre.

Cette technique ne requiert pas le doublage du mur pour être efficace. Elle vous permettra donc de réaliser des économies de matériaux isolants. C’est une solution pérenne qui ne nécessitera pas d’entretien quotidien. Une fois réalisée, elle vous permettra de rafraîchir votre logement durant l’été, de le réchauffer durant l’hiver et de réduire les risques de ponts thermiques dans votre logement.

isolation thermique par l'intérieur

L’isolation thermique des fenêtres et des autres ouvertures

Si votre habitation est constituée de simple vitrage ou de menuiserie ancienne, les ouvertures (fenêtres, baies et portes d’entrée) peuvent aussi causer des déperditions thermiques. Dans ce cas, afin de gagner en efficacité thermique et de faire des économies d’énergie, il est recommandé de remplacer vos vieilles fenêtres par des modèles beaucoup plus adaptés.

Pour le remplacement de vos fenêtres et de vos portes, vous pouvez utiliser divers matériaux et finitions : le PVC, l’aluminium ou le bois. Ces matériaux offrent des performances énergétiques conformes aux normes d’isolation thermique. Concernant les fenêtres en particulier, votre choix dépendra plus du type de vitrage (double ou triple) que vous souhaiterez choisir.

Pour une isolation plus efficace, d’autres critères comme l’esthétique et l’isolation phonique seront également pris en compte. Pour finir, vous pouvez aussi opter pour les volets. En plus de garantir la sécurité et l’intimité dans votre logement, ils constituent également de bons compléments d’isolation.

L’isolation thermique des sols

Pour les travaux d’isolation thermique des planchers bas, le tarif à prévoir dépend de la méthode employée, ainsi que de la nature de la construction de votre maison ou bâtiment. La solution d’isolation sera choisie en fonction de l’état de votre logement.

Le vide sanitaire

Il s’agit d’un espace d’air préservé entre la terre et le plancher de votre logement, afin de profiter d’une meilleure isolation thermique. Dans ce genre de configuration, l’artisan va mettre une dalle flottante, une dalle simple ou un plancher en béton sous le sol de l’habitation et sur le vide sanitaire.

La terre pleine

Vous avez ici le choix entre plusieurs techniques. Vous pouvez installer une dalle simple avec un isolant placé en dessous. Il est aussi possible de poser une dalle flottante ou un dallage constitué directement de matériaux isolants. La technique suivante consiste à créer un plancher en béton à entrevous. Il est constitué d’une dalle de compression en béton au sein de laquelle sont posés des poutrelles en béton armé et des entrevous. Pour finir, la dernière solution consiste à mettre en œuvre une isolation périphérique depuis les murs de soubassement jusqu’aux fondations.

Les aides financières pour réduire le coût des travaux de rénovation énergétique

Les travaux d’isolation technique peuvent s’avérer très coûteux. L’État a alors mis en place des aides financières pour encourager les particuliers à rénover leur logement. Parmi les dispositifs permettant de financer les travaux d’isolation thermique, vous avez :

  • le dispositif MaPrimeRénov,
  • l’éco-prêt à taux zéro,
  • la TVA réduit à un taux de 5,5 %,
  • le dispositif des CEE.

Certaines de ces aides financières peuvent être cumulées à l’exemple de MaPrimeRénov avec l’éco-prêt à taux zéro et les CEE. Par ailleurs, pour bénéficier de ces aides, certaines conditions doivent être respectées. L’une des principales conditions est de confier la réalisation des travaux à des artisans reconnus garants de l’environnement (RGE). D’autre part, les matériaux qui seront employés devront être conformes au niveau minimal de performance certifiée.

Article similaire