Travaux

Tout savoir sur l’installation de chauffe-eau électrique !

Le chauffe-eau électrique fait partie des solutions pour obtenir de l’eau chaude dans nos habitations. Vous envisagez son installation dans votre logement ? Voici tout ce que vous devez savoir pour bien le choisir, mais aussi pour l’installer. 

Sur quels critères choisir un chauffe-eau électrique ? 

Un chauffe-eau électrique à une durée de vie de 15 ans, s’il est bien entretenu. Comme il existe un large choix de chauffe-eaux électriques sur le marché, il convient de sélectionner le bon modèle dès le départ. Cela afin de répondre à vos besoins ou à ceux de vos locataires, si vous intervenez dans un logement secondaire.

A lire en complément : Installation de la climatisation : comment faire ?

Chauffe-eau électrique instantané ou à accumulation ? 

En matière d’appareil, vous avez le choix entre un chauffe-eau électrique, instantané ou à accumulation. Comme cela le laisse présager, avec un modèle fonctionnant en instantané, l’eau chaude est produite sur l’instant. Cela signifie que vous gaspillez de l’eau en attendant qu’elle arrive à la bonne température.

À l’inverse, avec le modèle à accumulation, l’eau chaude est immédiatement utilisable, puisqu’elle est stockée dans le réservoir du chauffe-eau. Elle reste à la bonne température grâce à l’isolation du cumulus et de ce fait, vous ne faites pas couler inutilement de l’eau froide en attendant qu’elle se réchauffe. En revanche, une fois que vous avez épuisé la réserve, vous devez attendre que le système reproduise de l’eau chaude. 

Lire également : Aménagement de terrasse : que faut-il savoir ?

Quelle capacité pour un chauffe-eau électrique à accumulation ? 

Tous les modèles ne proposent pas la même capacité au niveau du stockage de l’eau dans le cumulus. Pour éviter de vous retrouver sans eau chaude, parce que vous avez tout utilisé, il est important de sélectionner un appareil répondant à vos besoins. Pour cela, vous devez prendre en compte les éléments suivants : 

  • la taille du logement ;
  • la composition du foyer ;
  • l’utilisation de l’eau chaude sanitaire. 

En règle générale, pour un studio, une capacité de 50 à 75 l est suffisante. Pour un foyer de 4 personnes, il est plutôt recommandé de partir sur un modèle de 250 litres. Cependant, cela dépend aussi de votre utilisation quotidienne. Si vous avez des enfants en bas-âge, vous risquez de leur donner des bains, ce qui est plus pratique que la douche, mais cela va augmenter votre consommation d’eau chaude. N’hésitez pas à utiliser un simulateur en ligne si vous avez le moindre doute, ou encore, à vous rapprocher d’un professionnel. 

Quel type de résistance privilégier ? 

Pour que l’eau reste chaude avec un chauffe-eau électrique à accumulation, la résistance doit être opérationnelle. Là aussi, le choix que vous allez faire au moment de l’achat a une incidence sur la durée de vie de l’appareil. 

En optant pour une résistance blindée, cette dernière est directement au contact de l’eau dans le cumulus. Cela signifie que vous devrez faire un détartrage du chauffe-eau tous les deux ans, pour s’assurer de son bon fonctionnement. 

L’autre solution, un peu plus onéreuse, est de choisir un chauffe-eau stéatite. Cette fois, la résistance n’est pas en contact direct avec l’eau, puisqu’elle se trouve dans un fourreau anti-corrosion.

Quelles sont les normes pour la pose de chauffe-eau électrique ? 

Comme pour toute installation d’un appareil électrique dans votre logement, vous devez respecter des normes de sécurité. Concernant le chauffe-eau électrique, vous devez veiller à choisir un emplacement conforme, et en faire de même pour la fixation et le raccordement. 

Ainsi, vous devez avoir un disjoncteur de 20A, spécifique pour votre cumulus. Un groupe de sécurité doit également être présent au niveau de l’arrivée d’eau froide et les câbles doivent avoir une section minimale de 2,5 mm². Renseignez-vous sur la norme NF C 15‑100 pour connaitre les obligations en matière de circuits électriques.

Par ailleurs, votre chauffe-eau électrique doit se trouver à une distance minimale de 60 cm avec les points d’eau. Pour en savoir plus sur la réglementation, vous pouvez consulter la norme NF C 73‑222. 

Quelle préparation pour la pose d’un chauffe-eau électrique ? 

Même si un chauffe-eau électrique est assez facile à installer, il faut tout de même être bien préparé. En plus d’avoir des notions de bricolage, vous devez aussi respecter des normes et être bien équipé.

Au niveau de l’outillage, vous aurez besoin d’une clé à molette et de clés plates, mais également d’un niveau à bulle, d’une perceuse à percussion, d’un coupe-tube et d’une scie. Vous devez aussi vous assurer d’avoir tout ce qu’il faut pour le raccordement et la fixation du cumulus, en veillant à ce que cela soit adapté à la nature du support. Si le mur n’est pas assez solide, vous devrez investir dans un trépied. Généralement, à partir de 200 litres, la fixation doit se faire verticalement et avec une emprise au sol. N’oubliez pas aussi les joints et le ruban d’étanchéité. 

L’autre point important concerne la durée à prévoir pour l’installation. En moyenne, sans compter les imprévus éventuels et votre niveau de bricolage, il faut prévoir au moins une demi-journée de travaux, de la dépose de l’ancien appareil à la mise en fonction du nouveau. Pour l’étape de fixation, prévoyez aussi l’aide d’une autre personne, car vous devrez maintenir le cumulus en même temps que vous devez le fixer. Agir seul peut être un peu périlleux. Pensez à faire appel à un professionnel, si vous ne pensez pas avoir les compétences ou le physique pour le faire vous-même. 

Existe-t-il une aide financière pour l’installation d’un chauffe-eau électrique ?

Si vous optez pour un modèle basique de chauffe-eau électrique, malheureusement, vous n’aurez pas le droit à des aides. Vous devez choisir un chauffe-eau thermodynamique, un chauffe-eau solaire ou encore une pompe à chaleur. La raison est que ces appareils s’inscrivent dans une démarche écoresponsable. Si vous faites l’achat dans une de ces trois catégories, vous pouvez alors monter des dossiers pour les aides suivantes : 

  • MaPrimeRénov’’ ;
  • les primes CEE (Certificats d’Économies d’Énergie) ;
  • l’éco-PTZ. 

Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de votre département ou région, car il est possible que vous ayez le droit à d’autres aides financières. Notez également que vous avez une TVA abaissée à 5,5 % si vous faites l’installation par un professionnel RGE. 

Article similaire