Travaux

Comment faire le bon choix d’escalier pour sa maison

Aujourd’hui, l’escalier n’est plus seulement un objet qui permet de se déplacer d’un niveau à un autre dans une maison. Il fait également partie de la décoration, et peut remplir de nombreuses autres fonctions. Tout cela souligne l’importance de bien le choisir, afin qu’il puisse répondre à toutes les attentes. Il faudra aussi considérer des critères comme le budget, le style de vie et le modèle adapté à votre logement. Voici le guide pour bien choisir votre escalier.

1.      L’espace

En général, un escalier en fer requiert entre 4 et 6 m2 de surface au sol. Le choix du modèle tiendra donc compte de l’espace disponible. Par exemple, il ne faudra envisager un escalier droit ou à ¼ tournant que si vous avez des pièces très spacieuses. Ces modèles permettent en plus de bénéficier de rangements. La place située en dessous peut recevoir des étagères, des placards et même un bureau.

A lire également : Quels sont les avantages d’une porte en aluminium ?

L’escalier hélicoïdal est une option peu encombrante. Son installation est assez facile dans les petits espaces. Toutefois, la liberté de mouvement qu’il offre est réduite. Ce n’est donc pas forcément un escalier qu’il faut choisir si vous avez une famille. Vous ne pourrez pas non plus l’emprunter facilement pour montrer de gros meubles, ou aménager vos combles. La meilleure alternative serait alors un escalier 2/4 tournant, caractérisé par deux angles à 90 degrés. Avec lui, vous avez plus de liberté de mouvement.

Même s’il permet de gagner plus de place, cet escalier a besoin d’une trémie plus grande. Il faudra considérer tous ces aspects pour faire le meilleur choix.

A découvrir également : Bardage de façade, quels matériaux choisir ?

2.      La trémie

La forme de l’escalier est souvent conditionnée à la trémie disponible. Il s’agit de la place présente dans le plancher de l’étage supérieur, et qui permet le passage de l’escalier. Vous ne pourrez choisir qu’un escalier droit, lorsque l’ouverture est longue et resserrée. Une trémie plus courte ne vous laisse que l’option de l’escalier un quart tournant. Quant à la trémie carrée, l’idéal serait de choisir le deux quarts tournant alors que l’hélicoïdal conviendra aux courtes trémies.

Comme vous le voyez, il faudra tenir compte de tous ces détails pour optimiser la mise en place de votre escalier.

3.      Dimension standard ou sur-mesure

Pour éviter des situations dramatiques comme celle-ci, il est parfois nécessaire de choisir un escalier sur mesure. Vous n’aurez d’ailleurs pas le choix, si la trémie ne concorde pas avec les mesures standards d’un escalier. D’autre part, il est possible d’opter pour un escalier sur mesure afin qu’il réponde à toutes vos exigences. Tout dépendra du professionnel que vous aurez choisi pour la conception et la réalisation de cet escalier.

Quoi qu’il en soit, il faut garder à l’esprit que cela a un coût. Vous devez donc définir un budget qu’il ne faudra pas dépasser.

4.      Les matériaux


Le choix des matériaux d’un escalier doit tenir compte de vos préférences, mais surtout de l’usage. Il faut aussi reconnaitre que l’embarras du choix est énorme entre le bois, le béton, la pierre et autres. Les personnes qui souhaitent rester ancrées dans la tradition vont naturellement vers l’escalier en bois. Il offre une totale liberté en ce qui concerne les essences, de même que les rendus. Vous pourrez jeter votre dévolu sur le sapin, le chêne, le hêtre, etc.

Cependant, il faut savoir qu’un escalier en bois commence à craquer en vieillissant. Vous pourriez alors choisir un escalier en métal pour ne pas avoir à subir ce désagrément. Cela vous permettra en plus de donner une touche industrielle et contemporaine à votre décoration. L’escalier en métal épure l’intérieur, et laisse passer la lumière, car il ne possède généralement pas de contremarches. Certains peuvent aussi lui trouver un air un peu austère.

Il est alors possible d’envisager une association avec d’autres matériaux tels que les marches en bois. Le béton et la pierre quant à eux proposent une large gamme de finitions. Néanmoins, la mise en œuvre est assez difficile.

5.      Le budget

Tous les escaliers n’ont évidemment pas les mêmes prix. Il faudra aussi considérer la forme et les matières. Pour faire des économies, l’idéal serait de privilégier l’escalier droit. Le bois reste malgré tout la matière qui vous fera le moins dépenser. Il faudra compter autour de 800 euros pour avoir la possibilité de s’équiper d’un escalier droit. Les modèles tournants et hélicoïdaux quant à eux sont disponibles dès 1500 euros. Ce prix peut augmenter selon les matériaux choisis.

Vous paierez énormément pour un escalier en aluminium ou inox. Quoi qu’il en soit, ces prix restent indicatifs, car il est possible de combiner différents matériaux selon les parties de l’escalier :

  • La rampe ;
  • La main courante ;
  • L’habillage des marches ;
  • Etc.

6.      Les contremarches : avec ou sans

La partie verticale d’une marche d’escalier porte l’appellation de contremarche. Choisir un escalier avec ou sans contremarches dépend surtout du rendu que vous souhaitez obtenir. Un escalier sans contremarches laisse passer plus de lumière, et a une allure contemporaine. Par contre, la contremarche révèle toute son utilité quand vous avez de jeunes enfants à la maison. Elle empêche leurs pieds de s’introduire entre les marches.

7.      La rampe

Poser une rampe d’escalier n’a absolument rien d’obligatoire. Toutefois, cela peut être très pratique si vous avez des enfants ou des personnes âgées à la maison. La mise en place de la rampe dépend surtout de la pente dont est doté votre escalier. Plus l’escalier sera raide, et moins son usage sera facile et agréable. Il est donc préférable de prévoir une rampe, qui permettra aussi de se rattraper en cas de chute.

8.      Les revêtements antichute


L’escalier est certainement l’endroit où se produisent le plus d’accidents domestiques. Il est alors nécessaire de penser à la sécurité, en faisant le choix d’antidérapants d’escalier. Ces derniers permettent de réduire significativement la probabilité de chute. Il peut s’agir d’un choix judicieux, surtout si vous avez des enfants en bas âge. Il faudra toutefois se tenir loin des revêtements collés, car ils finissent par se détériorer avec le temps.

Les vernis et autres peintures antidérapantes sont de bien meilleures options.

Article similaire